Mes Pays sages…

Bienvenue dans mon monde de couleurs… et de musiques…

Des classiques peu connus qui méritent un petit détour…

Des classiques peu connus qui méritent un petit détour... p1070947
POUR LES PEINTURES : VOIR “CATÉGORIE PEINTURE”  ——>>>>>>

 

Des classiques peu connus qui méritent un petit détour…

 

La Musique Classique a été une des plus grandes affaires musicales de ma vie.

J’ai collectionné comme un fou des galettes de tous les pays du monde réunissant jusqu’à 5000 LP 33 t. avec un répertoire formidable et une ouverture incroyable sur tous les genres mais presque essentiellement des musiques des XIXème et XXème siècles. Il m’est arrivé d’avoir jusqu’à une cinquantaine de correspondants dans de nombreux pays (USA, Pays de l’Est, Pays Scandinaves, Russie (jusqu’à 5 dans ce pays), Italie, Espagne etc…) Nous échangions des disques et des K7. J’ai ainsi découvert des centaines de compositeurs et des milliers d’oeuvres. Certaines bien différentes des canons reconnus de la Musique Occidentale.

Je voudrais ici faire un tout petit panaché d’oeuvres et d’interprètes qui tournent encore et toujours dans ma tête.  Et du coup vous faire peut-être découvrir quelques noms et musiques que vous ne connaissez vraisemblablement pas.

 

Alexandre SCRIABINE figure au top 10 (peut-être 5) de mes compositeurs préférés. Il a composé une musique pour Piano radieuse, inspirée des oeuvres de Chopin au début, mais déjà du Scriabine. Des Études transcendantes, des Préludes, des Poèmes et des petites pièces très courtes, parfois quelques secondes mais toutes empruntes d’une beauté inégalée avec des accents de mélancolie russe sublimes. Il composa aussi pour l’Orchestre. Ses thèmes sont absolument fantastiques.

Les deux premiers mouvements de sa 1ère Symphonie illustrent bien cela. Je ne peux m’en passer.

 

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Les Préludes figurent parmi ses plus fascinantes créations. Celui-ci, le premier de l’Opus 16 me laisse rêveur. Il est de plus joué par le grand HOROWITZ, ce qui ne gâche vraiment rien…

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Le 3 ème de l’Opus 17 tout autant :

Image de prévisualisation YouTube

 

Vladimir HOROWITZ fut un des plus grands pianistes de ce siècle. Ses rencontres avec Alexandre SCRIABINE restent parmi les plus grands moments du piano. Il interprète ici l’Etude op. 8 N° 12, sans frime, visage impassible, seul le corps accompagne de temps en temps la rage de ce morceau célèbre et redoutable.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Luciano PAVAROTTI dans ses grandes oeuvres et aussi celles de PUCCINI mon compositeur lyrique préféré. Point n’est besoin de discours. Tout cela coule de source. La justesse, l’émotion, et surtout la puissance vocale. On a l’impression que PAVAROTTI n’est jamais au maximum de sa force sonore, qu’il pourrait aller encore plus loin. Il chante encore, là où d’autres hurlent. Bref, la classe totale ! « Nessun dorma », Extrait de l’opéra ultime et inachevé de PUCCINI : « Turandot »

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Au sommet du « Hit-Parade » de mes compositeurs classiques préférés, je placerais peut-être le Finlandais Jean SIBELIUS pour l’ensemble de son oeuvre. Ce compositeur  mort en 1957 mais qui cessa de composer en 1920 était un Dieu vivant dans ce pays. Il est relativement peu connu chez nous. Son oeuvre la plus jouée est la célébrissime « Valse triste » (un peu son « Boléro »). Toute son oeuvre symphonique est magnifique, grandiose. Majoritairement inspirée par le « Kalevala » (Recueil de Légendes du Nord réunies par Elias Lönnrot) c’est une musique qui semble venir du tréfonds de la terre pour monter aux cieux. SIBELIUS avait ce talent rare (comme Ravel) de créer de longues lignes mélodiques. C’est ce qu’il fait ici avant le déclenchement cataclysmique final.

Voici le final grandiose de sa grande oeuvre de jeunesse (une interprétation moyenne, mais je n’ai pu trouver que cela) Kullervo pour Choeur et Orchestre en 5 Parties.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

SIBELIUS savait mieux que personne écrire un grand thème, partir lentement et l’amener à une urgence extrême, caractéristique de son art. Cette pièce martiale est l’Intermezzo d’une oeuvre intitulée « Karelia. »

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Et la très (trop) célèbre « Valse Triste ». Même méthode, début lancinant et final étourdissant.

Image de prévisualisation YouTube

 

SIBELIUS écrivit une grande Suite Symphonique intitulée « Quatre Légendes » ou « Lemminkainen Suite ». Lemminkainen est un héros nordique du Kalevala. Après diverses aventures et avanies il retourne au pays. C’est ce quatrième mouvement, très enlevé, que voici.

Image de prévisualisation YouTube

 

Il était surtout connu pour ses grandes fresques orchestrales mais il a aussi beaucoup composé pour la Musique de Chambre ou pour le Piano. Ce n’est pas la partie la plus importante de son oeuvre mais quelques pièces possèdent un charme tout particulier. Ainsi ce « Kuusi »  accompagné par des toiles de peintres finlandais, ce qui ne gâche rien.

Image de prévisualisation YouTube

 

Dans sa jeunesse, la Finlande était sous le joug russe. SIBELIUS écrivit beaucoup de musique patriotique et à ce titre fut le grand homme de ce pays. Ici « Finlandia » (Le mot veut dire ce qu’il veut dire) qui est pour tous les Finlandais le vrai hymne national.

Ce clip offre en plus plusieurs visages de Sibélius qui ne devait pas être un rigolo de première, ma foi.

Image de prévisualisation YouTube

 

Complètement étouffée par l’ombre démesurée de SIBELIUS une autre grande voix finlandaise fut Aare MERIKANTO, décédé en 1958. Auteur d’une musique très audacieuse, par exemple son « Nonetto » il ne reçut qu’incompréhension du temps de son vivant. Son opéra « JUHA » ne fut interprété qu’après sa mort et est aujourd’hui LE grand opéra finlandais. Au tournant des années 30, il détruisit nombre de ses oeuvres et se consacra à une musique néo-classique, plus neutre mais parfois extraordinairement prenante. En témoigne ce mouvement N° 2 de son 3ème concerto pour Piano. (Ajouté le 18/07/2013)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Les X Pièces pour orchestre sont un exemple de la fin de sa manière plus radicale : (Ajouté le 18/07/2013)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Leos JANACEK était un instituteur tchèque qui fut un grand compositeur national, complètement autodidacte. Ici le 3ème Mouvement de sa Sinfonietta.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Un commentaire sur You Tube précise « Trop beau pour qu’on y mette des mots… »  Ca, c’est tout Maurice RAVEL. Une mélodie irrésistible, un traitement orchestral somptueux, une multitude de trouvailles harmoniques et contrapuntique . En effet, dans ce morceau, tous les nombreux contrepoints sont un miracle d’équilibre. L’Art Musical à l’état brut.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Le meilleur interprète de cette pièce (Martha ARGUERICH n’était vraiment pas mal non plus ) est à mon avis Arturo Benedetti MICHELANGELI. Quel pianiste ! Et aucune frime comme de trop nombreux interprètes qui manquent de mourir à chaque note ! Le son n’est pas terrible mais bon… Le mouvement lent est … indicible de beauté…

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Un peu plus connu mais je ne peux définitivement pas m’en passer, l’Adagietto de la 5ème Symphonie de Gustav MAHLER. C’est la musique qui a été utilisée dans le film « Mort à Venise » et qui l’a rendu célébrissime. Ici par le grand chef anglais Sir John BARBIROLLI.

Image de prévisualisation YouTube

 

Le même « Adagietto » par Dimitri MITROPOULOS, grand chef grec et peut-être avec Jasha HORENSTEIN, le plus grand chef mahlérien. Cette version, encore plus lente que par BARBIROLLI est un miracle d’équilibre. On a même l’impression par moment que tout va s’arrêter, que le temps lui-même s’arrête et cela met encore plus en valeur les quelques « accélérations » de ce sublime morceau. Le son est de qualité moyenne. Enregistrement Live de 1960. Il n’existe pas à ma connaissance d’enregistrement de la 5ème par HORENSTEIN et cela est fort triste ! Car il faut entendre sa version de la 9ème pour se dire que… Ouh là là !

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Ah les 4 derniers Lieders de Richard STRAUSS . Et je ne peux resister au plaisir de mettre cette version moderne par Anja HARTEROS de « Beim Schlafengehen » en tous points exemplaires. En plus d’un chant et d’une direction parfaite, notez bien le petit solo de violon intense et absolument magique. Bravo Madame !

Image de prévisualisation YouTube

 

Alan HOVHANESS est vraisemblablement inconnu de la grande majorité des mélomanes français. C’était un compositeur Américain d’origine écossaise et arménienne fort curieux. Compositeur extrêmement prolixe, il détruisit néanmoins la quasi totalité de son oeuvre autour de la quarantaine (près de 500 opus) pour recommencer aussi sec une oeuvre aussi conséquente.

Ici c’est une pièce assez curieuse, un genre de concerto pour baleines et orchestre. Avec tous les aspects de la musique de Hovhaness : les grandes descentes de trombones, les percussions, les cloches, les glissés lancinants des cordes, etc.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Revenons aux compositeurs finlandais. Dans le même esprit, c’est à dire avec une piste officielle enregistrée d’oiseaux, cette fois, mais dans un tout autre esprit, cette magnifique partition d’Einojuhani RAUTAVAARA (qui vit toujours) le CANTUS ARCTICUS… Vraiment très beau ! (Ajouté le 20/07/2013)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Nikos SKALKOTTAS était un compositeur grec  peu connu aujourd’hui du monde musical. L’a-t-il jamais été ? Après un passage en France et quelques études il retourne en Grèce où il gagne sa vie comme obscur violoniste dans l’Orchestre d’Athènes. Parallèlement et sans jamais chercher à se faire jouer et encore moins éditer, il compose une musique très moderne souvent atonale. Mieux, il jette les 3/4 de son travail le soir à la poubelle. Sa soeur qui fait son ménage récupère ces feuillets à son insu. SKALKOTTAS meurt très jeune vers 40 ans et si nous connaissons aujourd’hui son oeuvre importante, c’est grâce à cette soeur-cigale. La musique de SKALKOTTAS n’est pas toujours facile. Ici , il arrange des danses grecques pour orchestre de cordes et c’est tout simplement magnifique de mélodie, de contrepoint, de rythme, d’arrangement. La plus connue de ces danses est « Epirotikos » la 1ère. Cet orchestre enlève vraiment bien ces pièces enjouées.

Image de prévisualisation YouTube

 

Ferrucio BUSONI, compositeur italien a composé une très belle pièce pour piano « Berceuse élégiaque »elle fut ensuite orchestrée. Arnold SCHOENBERG, le pape du dodécaphonisme en a fait un subtil arrangement pour petit ensemble viennois.

Image de prévisualisation YouTube

 

Toujours dans les italiens, Ottorino RESPIGHI est connu surtout pour les deux Suites Symphoniques , musique très descriptive, « Les Fontaines de Rome » mais surtout « Les Pins de Rome ». Le Quatrième mouvement et final de ce cycle ; « Les Pins de la Via Appia » décrit l’entrée triomphale à Rome des armées romaines. C’est une pièce incroyablement puissante, magnifiquement emmenée ici par le grand chef français Georges PRÊTRE :  (Ajouté le 30/08/2012)

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Le 1er Concerto de Violon de Serge PROKOFIEV a pour moi – comme le concerto en Sol pour Piano de Ravel (Extrait plus haut) – quelque chose d’absolument magique et d’irréel. Des mélodies superbes et un élan irrésistible. En particulier dans cette remarquable version. De plus, la jeune  violoniste, Hillary HAHN,  est particulièrement « craquante ».

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Et dans la série des pas connus du tout, voici un outsider, l’italien Giuseppe MARTUCCI. Il a créé une belle oeuvre symphonique mais ce petit poème symphonique intitulé « Notturno » m’a toujours intrigué. On y trouve de curieuses ressemblances ou similitudes par moment avec le très célèbre « Adagietto » de la 5ème de MAHLER (voir un peu plus haut) et on se dit qu’il a dû un peu s’inspirer. Mais lorsqu’on regarde les dates de ces deux morceaux, oh surprise ! La 5ème de Mahler date de 1901/1902 et le Notturno de MARTUCCI de…. 1889. Badaboum ! MAHLER aurait pompé ? LUI le grand maître ! Ils l’ont tous fait je pense. Alors faites-vous une idée par vous-même :

Image de prévisualisation YouTube

 

Récemment retrouvé le compositeur suédois Kurt ATTERBERG. C’est une belle et grande musique qui n’est pas sans me rappeler de temps à autre les envolées et la puissance de la meilleure musique de SIBELIUS. Ici le dernier mouvement assez étonnant de sa 3ème Symphonie.  (06/02/2013)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Andrès GAOS est un compositeur espagnol (Galice) que j’ai découvert récemment grâce aux mises sur YouTube  de « Collection CB2″ . Ici c’est une bien jolie élégie avec un Orchestre de Cordes, qui se situe entre le Mouvement lent de la 5ème de MAHLER et le Notturno de MARTUCCI, ci-dessus. Envoûtant !  (06/02/2013)

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Vous avez sans doute pu constater en me suivant sur ces musiques que j’ai un petit faible pour les musiques « lento » et autres « adagios ». Je ne pouvais donc pas passer à côté de Federico MOMPOU, compositeur catalan d’Espagne qui vécut une grande partie de sa vie en France. Musique minimaliste à la SATIE avec de délicats accents hispanisants. MOMPOU, n’a composé que pour le Piano et des Lieder. Très peu de notes mais les bonnes et des harmonies toujours efficaces.

MOMPOU a enregistré lui-même son oeuvre pour Piano seul et c’est je pense la meilleure des interprétations. Contrairement à ce que l’on pourrait croire ces morceaux sont souvent plus durs à jouer que des oeuvres enlevées car l’ennui peut vite être au rendez-vous. Après lui, à mon humble avis, la meilleure est la Pianiste espagnole Alicia de LARROCHA. Aucun(e) n’a compris comme elle le sens profond de cette musique pénétrante. Elle joue ici la Suite « Impressiones Intimas » où on verra que l’auteur ne compose pas que… lento.

Image de prévisualisation YouTube

 

Il arrive dans la vie qu’on reçoive des grands chocs artistiques. Comme je suis vaguement atteint du syndrome de Stendhal, j’en sais quelque chose. Un de ces chocs musicaux fut la découverte des compositeurs russes dont on n’avait pas connaissance avant la Perestroïka sinon par des échanges sommaires et difficiles avec les pays soviétiques. J’ai ainsi découvert de grands compositeurs contemporains qui se sont développés en dehors des canons européens et pour cause. L’un de ces plus grands chocs me vint du compositeur estonien Arvo PÄRT dans un disque de pièces pour violon avec essentiellement Gidon KREMER comme interprète. L’une de ces oeuvres « Tabula Rasa » me scotcha littéralement . Je n’avais jamais entendu un truc comme ça. C’était comme de la Musique sans Musique. On était loin du manque d’émotions résultant des tapages, amalgames et  nébuleuses sonores de compositeurs « savants » comme , Varèse, Cage, Xénakis,  Stockhausen,  j’en passe et des pires….

Faites-vous en une idée :

Image de prévisualisation YouTube

 

Ou encore cette pièce pour Choeur ou PÄRT redécouvre les grandes polyphonies du XVIème.

Image de prévisualisation YouTube

 

Tiens à propos voilà ce que l’immense GESUALDO pondait il y a 400 ans avant le coup de laminoir « tempéré » de Jean-Sébastien BACH. C’était l’aboutissement de 3 siècles de polyphonies sacrées initiées principalement par Guillaume de MACHAUT et sa « Messe de Notre-Dame » :

Image de prévisualisation YouTube

 

Les compositeurs islandais ont créé une musique chorale tout à fait étonnante. Jon LEIFS est un de leurs plus grands compositeurs de la 1ère moitié du XXème siècle. Voici son Requiem pour choeur à Cappella

Image de prévisualisation YouTube

 

Pour revenir vers nos presque contemporains, je voudrais vous dire deux mots d’un immense compositeur anglais, parfaitement et injustement méconnu. Il s’agit d’Havergal BRIAN. Cet homme vécut très vieux, presque centenaire. Il composa toute sa vie et énormément durant sa vieillesse ce qui en fait avec Paul LE FLEM un cas tout à fait unique. Sa première Symphonie en 6 mouvement, qui se veut être la plus longue Symphonie jamais écrite, date de 1919 à 1927. Elle n’est pas que cela. C’est une des 4 ou 5 oeuvres majeures du XXème siècle. De nombreux critiques s’accordent à lui reconnaître (plusieurs mouvements sont avec Choeur) plus d’importance que la 8ème de Gustav MAHLER. En plus de 5 ou 6 Opéras et de nombreuses Pièces symphoniques, il composa 32 symphonies. J’avaisjadis fait découvrir cette oeuvre à René KOERING alors programmateur sur France-Inter. Celui-ci trouva l’oeuvre exceptionnelle et la diffusa quelques temps après. Il voulut aussi la programmer dans son Festival de Montpellier mais en fut empêché probablement à cause du coût de sa mise en oeuvre. C’est le même effectif que la huitième de Mahler dite « Des Mille »! et si les gens se déplacent en masse pour MAHLER, il risquait fort de ne pas en être de même pour ce grand inconnu. Le risque était trop grand et il fut obligé d’abandonner le projet. Pour les mêmes raisons, elle n’est presque jamais jouée en salle.

J’ai été de nombreuses années le seul membre français de l’association Havergal BRIAN en Angleterre et je conserve une grande tendresse pour cet homme et ce compositeur hors du commun.

Voici la premier mouvement « Allegro assai » de cette Symphonie N° 1 dite « Gothique » :

Image de prévisualisation YouTube

Et un court extrait du 5ème Mouvement « Judex » avec Choeur

Image de prévisualisation YouTube

 

Jules MASSENET est un peu plus connu (enfin ???….) . Parmi une grande quantité d’opéra il laissa cette mélodie romantique, d’une beauté déchirante. « La Méditation » de Thaïs. Je ne m’en lasse pas. Parmi les interprètes d’aujourd’hui, Janine JANSEN est une des plus réjouissantes. Elle a hélas un jeu de scène qui a vraiment le don de m’ agacer.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

(à suivre)

 

NOTE SUR YOU TUBE

On trouve sur You Tube une mine quasi inépuisable d’oeuvres classiques présentées dans leur intégralité. Une multitude de compositeurs rarissimes  à découvrir.

Dans un premier temps allez vers des pseudos tels que GoldieG89, ou GoldieG91, ou musicanth, ou encore CollectionCB2 et CollectionCB3

Vous serez étonnés !

 

 Pour m’envoyer un petit mot perso, c’est là :

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Vie de Théâtre |
AluVerTek |
LA ROULOTTE-SCARABEE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | deltasonefr
| .:| Graphinistinique |:.
| E-MY